Editorial du 30 mai 2014

Retour Partager sur facebook Partager sur tweeter Imprimer l'article
Envoyer l'article par e-mail

Envoyer cet article par mail

Fermer

250 signes(s) restant(s)

 

* champs obligatoires

Y a plus moyen de travailler dans ce pays ?

Laurent Degenne.jpgA l’assemblée de la Fdsea lundi dernier, nous avons débattu de la question du capital, du travail, du statut de l’agriculteur. Inévitablement, nous avons eu la question «1000 vaches». Inlassablement, nous avons donné la même position : contre le modèle de gouvernance que nous combattons dans les lois ; mais pas opposés au projet, tant qu’il respecte les prescriptions techniques et réglementaires en vigueur. Une trentaine d’opposants au projet (aucun de la Somme) sont venus mercredi dégrader les installations en cours de montage, conduits par des soi-disant leaders, qui restent près des micros pour ne pas être pris en photo en train de commettre un délit et laisser leurs fantassins se faire emmener en garde à vue… On peut dénoncer la gouvernance du projet, mais on doit tout autant dénoncer ces actions : elles violent le droit et les propriétés privées ; elles stigmatisent l’élevage au sens large, en parlant de nourriture ou de logement des animaux, alors que 99% de nos exploitations sont sur un modèle technique similaire, la taille en moins. Demain, le cirque médiatique sera reparti. Que restera-t-il ? Sur le site, les dégâts matériels. Dans tous les élevages de la Somme, les dégâts moraux, les doutes sur l’avenir, la peur d’être éleveur et d’avoir un projet. Dans ces moments là, et quelle que soit la différence ou l’aversion qu’on a pour le porteur du projet, on se sent plus proche de lui que de ses agresseurs, car ceux-là nous agressent tous un peu. A vouloir ménager la chèvre et le chou, l’Etat laisse le non droit l’emporter, et accélère la crise. Il sacrifie ceux qui travaillent, quels qu’ils soient, au profit de la bienséance militante. Du militantisme, il y en a dans tous les camps, et on peut toujours manifester dans un sens ou dans l’autre. Alors à la fin, y a-t-il encore moyen de travailler dans ce pays ?

Laurent Degenne Président de la Fdsea

Toutes les émissions dans la médiathèque