Editorial du 4 septembre 2015

Retour Partager sur facebook Partager sur tweeter Imprimer l'article
Envoyer l'article par e-mail

Envoyer cet article par mail

Fermer

250 signes(s) restant(s)

 

* champs obligatoires

Mille et un rendez-vous !

Après avoir été tout l’été en action, nous enchaînons, jeudi à Paris, le week-end à Bernaville, samedi avec les candidats aux régionales et dimanche avec le grand public, et, pour finir, lundi à Bruxelles. Quelle rentrée ! Une question nous travaille : quelle est la cohérence dans tout ça ? En effet, une telle présence se fait forcément au détriment de nos fermes, de notre temps libre, de nos familles ou de nos autres engagements, et pendant qu’on est dans ces actions, le travail avance chez toutes celles et ceux qui n’y participent pas. Alors le jeu en vaut-il la chandelle ? La réponse est pour moi simple : si vous ne vous êtes jamais plaint des charges, des contraintes, des normes, des prix, des marchés, de la concurrence déloyale, du pouvoir des grandes surfaces, des politiques régionales et nationales, et si vous n’avez jamais considéré que notre profession avait du mal à communiquer vers le grand public, alors oui, vous pouvez ne pas vous retrouver dans aucun de ces événements, que ce soit à Paris , Bruxelles ou Bernaville… Mais, dans ce cas, je vous pose la question : faisons-nous le même métier ? Le syndicalisme n’est pas le sous-traitant de vos opinions, de vos revendications, de vos convictions, il en est le porte-parole ! Cela reste un engagement, donc, pour partie, un don de soi. Alors, certes, on ne peut pas bien souvent pas être partout, mais on ne peut en aucun cas être nulle part quand on a la vocation d’être agriculteur, et les convictions qui vont avec. Alors à Paris, Bruxelles, ou Bernaville, je vous donne rendez-vous dans les prochains jours, car notre métier, il y a mille et une façons de le défendre !

Françoise Crété Présidente de la Fdsea

Toutes les émissions dans la médiathèque