Editorial du 5 septembre 2014

Retour Partager sur facebook Partager sur tweeter Imprimer l'article
Envoyer l'article par e-mail

Envoyer cet article par mail

Fermer

250 signes(s) restant(s)

 

* champs obligatoires

Zéro pointé !

LaurentDegennePetitDu jamais vu ! Stéphane Le Foll, porte-parole du gouvernement et accessoirement ministre de l’Agriculture, présente la rentrée des classes de l’enseignement agricole en choisissant comme lieu d’échange le lycée du Paraclet. C’est, du point de vue de l’enseignement agricole picard, une bonne opportunité d’avoir un temps d‘échange avec un membre du gouvernement. L’usage, lors des déplacements ministériels, est que les organisations professionnelles puissent avoir un temps dédié à l’ensemble des problématiques agricoles du moment avec le ministre en personne ou l’un de ses proches collaborateurs ; et là, stupeur ! Le ministre n’a pas le temps, un conseiller est disposé à nous rencontrer et le seul sujet de discussion possible est celui de l’enseignement. Ce ministre est l’un des rares rescapés des deux remaniements. Et quelle est son attitude ? Il vient dans une région dont les filières principales souffrent économiquement, dont les récoltes d’été ne sont toujours pas achevées, dont les contraintes réglementaires explosent avec des extensions de zones vulnérables injustifiées, dont l’industrie agroalimentaire se fait tailler des croupières chaque jour par des concurrents directs belges ou allemands qui appliquent au niveau du droit social et environnemental une approche beaucoup plus pragmatique, et il ne veut pas en parler ! C’est dire si le rôle de porte-parole du gouvernement l’importe plus que celui de ministre de l’Agriculture. On peut se faire mousser et se faire prendre en photo avec le fameux conseiller, mais pour nous c’était trop ! Si on ne peut pas parler des enjeux agricoles alors nous boycottons cette mascarade et s’il ne faut parler que d’enseignement agricole pas besoin de deux heures avec un conseiller pour poser la seule question qui prime : pourquoi n’enseignet- on plus ni l’économie ni la production dans les filières agricoles ? Monsieur le porte-parole nous attendons votre copie parce qu’à l’oral c’est zéro pointé.

Laurent Degenne Président de la Fdsea

Toutes les émissions dans la médiathèque