Editorial du 8 avril 2016

Retour Partager sur facebook Partager sur tweeter Imprimer l'article
Envoyer l'article par e-mail

Envoyer cet article par mail

Fermer

250 signes(s) restant(s)

 

* champs obligatoires

La raison et la passion

FancoiseLes images filmées et retransmises sur les conditions d’abattage ces derniers jours sont insoutenables pour tous, à commencer pour nous, éleveurs. C’est indiscutable. Je ne fais pas d’anthropomorphisme, je fais bien la différence entre des animaux d’élevage, des animaux de compagnie et des êtres humains, à l’inverse de certains hauts responsables des associations qui ont lancé ces vidéos. Mais, pour autant, ces vidéos m’écoeurent. Néanmoins, je suis prudente, car je crains que d’un phénomène aussi détestable qui soit, on crée une norme de plus. Lorsqu’il y a faute, et je considère que c’est une faute grave, il doit y avoir sanction. C’est d’ailleurs davantage à la loi «travail» que ce phénomène me fait penser… Il y a donc faute, il doit y avoir sanction, mais pas forcément loi. Car ce sont bien les lois qui ont, au fil des années, fragilisé les filières d’abattage en France pour les rendre dans un état dramatique sur le plan économique et social. Ne nous trompons pas de combat. Abattons nos animaux dans des conditions aussi dignes et hygiéniques que possible, surtout à proximité des élevages, et en France. C’est tout ce qu’il faut à l’heure actuelle. Traitons ce sujet pour une fois avec raison, et non avec passion.

Françoise Crété
Présidente de la FDSEA

Toutes les émissions dans la médiathèque