Picquigny ouvre le bal des assemblées cantonales

Retour Partager sur facebook Partager sur tweeter Imprimer l'article
Envoyer l'article par e-mail

Envoyer cet article par mail

Fermer

250 signes(s) restant(s)

 

* champs obligatoires

Echo de l'assemblée cantonale de Picquigny

C’est à Quesnoy-sur-Airaines, dans le canton de Picquigny, que s’est tenu la première assemblée générale cantonale de cette année, le jeudi 29 novembre. Le programme des élections à la chambre d’agriculture proposé par la liste conduite par la Fdsea et les JA a été dévoilé par Françoise Crété, secrétaire générale de la Fdsea. Différents points d’actualités, préoccupant les exploitants agricoles, ont également été soulevés : Laboulet, la directive nitrates… et en particulier la situation de l’élevage. «J’ai des craintes sur l’avenir de l’élevage dans le département car les services qui y sont liés tels que les abattoirs se raréfient», a souligné Xavier Théron, président de la section porcine. Et d’ajouter, «la filière doit se restructurer». Pour Bertrand Roucou, président du canton de Picquigny, «il ne faut pas laisser tomber la valeur ajoutée qu’apporte l’élevage dans le département». «Les élevages doivent persister pour réguler les marchés, apporter de la valeur ajoutée aux exploitations et le département doit garder les projets innovants» a appuyé Françoise Crété. Stephane Lefever, juriste en droit fiscal à la Fdsea, est d’ailleurs intervenu pour expliquer les moyens techniques que les agriculteurs peuvent utiliser pour gérer l’avenir de leur exploitation sur le plan économique. Luc Vermersch, président de la section grandes cultures de la Fdsea, a d’ailleurs encouragé les participants à payer la cotisation alimentant le fonds de modernisation céréalier éleveur, un outil créé par la profession pour améliorer la compétitivité des élevages.

Toutes les émissions dans la médiathèque