Stéphane Le Foll annonce un plan silo pour les céréales

Retour Partager sur facebook Partager sur tweeter Imprimer l'article
Envoyer l'article par e-mail

Envoyer cet article par mail

Fermer

250 signes(s) restant(s)

 

* champs obligatoires

Au Salon de l’agriculture, le ministre s’est exprimé sur le stockage des céréales, l’irrigation, le plan élevage et divers autres sujets.

Le ministre de l’Agriculture s’est exprimé lors de l’inauguration du stand de l’Odyssée végétale. Il est entouré par Christophe Terrain, président de l’Agpm, et Eric Lainé, président de la CGB.

Les producteurs de grandes cultures ont accueilli avec satisfaction l’annonce par Stéphane Le Foll d’un plan silo. «Nous allons présenter un vrai plan silo pour les céréales» en collaboration avec les ministères de l’Environnement et de l’Agriculture, a-t-il déclaré, en soulignant que les capacités de stockage devaient suivre l’augmentation de la production pour assurer «une meilleure régulation du marché».

Prolongement des quotas pour les betteraves et la viticulture
D’ailleurs, a-t-il précisé, un article sur la loi bancaire actuellement en discussion au Parlement prévoit d’encadrer la spéculation sur les matières premières agricoles.
Comme le lui demandait les betteraviers, le ministre a confirmé qu’il avait obtenu de ses partenaires européens la prolongation du règlement sucre, c’est-à-dire le maintien des quotas betteraviers pendant quelques années. Ce dont Eric Lainé s’est félicité. Idem pour la viticulture. Contrairement à la Commission qui souhaitait la disparition du règlement viticole, celui-ci sera pérennisé. «La Commission et la présidence irlandaise ont donné leur accord» a précisé Stéphane Le Foll.
Mais le ministre de l’Agriculture n’a rien dit sur les biocarburants pour lesquels les betteraviers souhaiteraient relever le seuil d’incorporation à Bruxelles de 5 à 8 %. Ni d’ailleurs sur les biotechnologies et le traitement des semences sur lesquels on le sait réticent, mais que les producteurs de grains considèrent comme un facteur de progrès. En tout cas comme «des innovations qui permettraient de conjuguer bonnes pratiques et productivité», selon les propres termes de Christophe Terrain.

Accord pour les retenues d’irrigation
Enfin, pour la première fois, Stéphane Le Foll s’est prononcé sans ambiguïté en faveur de l’irrigation. Le ministre a donné son feu vert à la relance de la création de retenues d’eau non pas pour stimuler et accroître les rendements, mais pour sécuriser l’activité agricole.
Le rapport commandé au député du Gers, Philippe Martin qui devrait être publié prochainement devrait aller dans ce sens. On sait que Delphine Batho, à son arrivée au ministère de l’Ecologie, avait donné un coup d’arrêt aux investissements en la matière, sous la pression des Verts, en attendant les conclusions de ce rapport.

Le plan de soutien à l’élevage confirmé
Comme l’avait annoncé le président de la République en ouverture du Salon de l’Agriculture, Stéphane Le Foll a confirmé qu’il allait présenter début mars un plan pour l’élevage et les éleveurs laitiers en particulier. Ce plan comprendra notamment un volet sur les énergies renouvelables, pour aider les éleveurs à investir dans les unités de méthanisation ainsi qu’un volet prix. «On aura à regarder sur la LME» (la loi de modernisation de l’économie qui encadre les relations commerciales dans les filières), même s’il a exclu une refonte de la loi. «L’amélioration» du système de contrats passés entre les producteurs de lait et les collecteurs fera également partie du plan. De même que le rééquilibrage des aides de la Pac en faveur de l’élevage.

Toutes les émissions dans la médiathèque