Des Picards à Bruxelles pour défendre le budget de la Pac

Retour Partager sur facebook Partager sur tweeter Imprimer l'article
Envoyer l'article par e-mail

Envoyer cet article par mail

Fermer

250 signes(s) restant(s)

 

* champs obligatoires

Meeting du Copa et du Cogeca à la veille de la réunion des chefs d’Etat.

La délégation d’agriculteurs du Nord Pas de Calais et de Picardie à Bruxelles.

Une délégation de 44 agriculteurs du Nord Pas de Calais et de Picardie, emmenée par Henri Brichart, vice-président de la Fnsea, s’est rendue le mercredi 6 février à Bruxelles pour participer à un meeting organisé par le Copa et le Cogeca (Cf. encadré), à la veille de la réunion des chefs d’Etats et de gouvernement qui devaient trouver un accord sur le budget de l’UE pour la période 2014-2020.
Plus de 400 agriculteurs venus de tous les Etats membres de l’Union européenne étaient venus manifester l’unité du syndicalisme agricole européen pour la défense du budget de l’UE, et par conséquent celui de la Politique agricole commune (PAC).

Une position commune sur la préservation du budget
Les représentants du Copa Cogeca étaient unanimes : il fallait un accord budgétaire et le montant alloué à la PAC devait être égal au montant actuel pour que cette politique puisse continuer à jouer son rôle, à savoir, garantir un approvisionnement en denrées alimentaires sûres, de qualité et à prix abordables. L’agriculture et l’agro-alimentaire ont su tirer leur épingle du jeu en cette période de crise économique en Europe, ce sont des secteurs stratégiques à préserver. C’est en substance le contenu de la déclaration qui a été validée par les agriculteurs et coopératives présents au meeting.

Des divergences quant à l’utilisation des aides
Mais derrière cette position commune, chaque Etat membre a sa propre vision de l’utilisation de la PAC. Chacun s’est exprimé lors de ce meeting. Moins dotés que les anciens Etats membres, les pays de l’Est de l’Europe réclament vivement que leur part d’aides directes augmente. L’Allemagne se positionne fermement contre un «verdissement» de la PAC et un plafonnement des aides. L’Espagne attend un regain de compétitivité de cette prochaine programmation budgétaire.
L’accord conclu entre les chefs d’Etat et de gouvernement induit une baisse de 4% du budget de la Pac par rapport aux propositions de la Commission de juin 2011. Soit 373,3 milliards d’euros sur la période 2014-2020. La part alloué à la France devrait être légèrement supérieur à 63 milliards d’euros, ce qui correspond quasiment à la reconduction du budget actuel.

 

Copa Cogeca : du lobbying À Bruxelles

Le Comité des organisations professionnelles agricoles (Copa), créé en 1958, est l’organisation représentative du syndicalisme agricole européen. Il défend les intérêts de l’agriculture (toutes productions confondues) au sein de l’Union européenne. Aujourd’hui, le Copa comprend 60 organisations syndicales des pays membres de l’UE et 36 organisations partenaires d’autres pays comme l’Islande, la Norvège, la Suisse et la Turquie.
La Confédération générale de la coopération agricole (Cogeca), créée en 1959, défend les intérêts d’environ 40 000 coopératives agricoles qui emploient 660 000 personnes et réalisent 300 milliards d’euros de chiffre d’affaires par an. La Cogeca regroupe actuellement 35 membres effectifs et quatre membres affiliés ainsi que 36 membres partenaires.
Le Copa et la Cogeca font du lobbying auprès des institutions européennes. Leurs décisions sont prises selon la règle du consensus et sont défendues auprès de la Commission, du Parlement et du Conseil des ministres. Les deux organisations ont un secrétariat commun qui leur fournit des analyses, communications et expertises.

Toutes les émissions dans la médiathèque