Le ministère n’a pas idée de la situation d’avant moisson

Retour Partager sur facebook Partager sur tweeter Imprimer l'article
Envoyer l'article par e-mail

Envoyer cet article par mail

Fermer

250 signes(s) restant(s)

 

* champs obligatoires

Dans le cadre de la tenue d’un conseil d’administration décentralisé de la FNSEA à Beauvais, son président, Xavier Beulin, a tenu une conférence de presse devant les médias locaux, accompagné de Guillaume Chartier, président de la FDSEA de l’Oise.

Le président l’a annoncé tout de go : la situation n’est pas des meilleures. Avec une crise qui dure depuis plus de deux ans, qui a d’abord touché les productions animales, puis les productions végétales, des prix toujours au ras des pâquerettes et des conditions météorologiques désastreuses en mai et juin, la moisson ne s’annonce pas bien. Les rendements sont estimés à la baisse et des problèmes de qualité ne vont pas tarder à se faire jour. De quoi mettre encore plus à mal les exploitations déjà fragilisées.
Revenant sur le Brexit anglais, Xavier Beulin a surtout mis en perspective la Politique agricole commune, telle qu’elle a été mise en place et ce qu’elle est devenue. «Au début, la Pac avait une raison d’être, des objectifs clairs et partagés par tous. Aujourd’hui, elle n’est plus qu’un magma complexe de réglementations dans lesquelles plus personne ne se retrouve. Abandonnant progressivement tous les outils de gestion de marché, en cas de marchés perturbés comme actuellement, Bruxelles n’a plus aucun levier d’action pour peser sur les marchés. Au niveau du Copa (regroupement des syndicats agricoles européens), nous devons nous réunir le 15 juillet prochain afin de faire des propositions au Conseil des ministres de l’agriculture. Il s’agit pour nous de redonner un objectif à la Pac.»
Mais la situation agricole du jour est aussi, et surtout, la conséquence de l’embargo russe qui pèse sur les productions de viande, de lait et les fruits et légumes qui trouvaient quand même 10 % de leurs débouchés en Russie. Ces 10 % refluent ainsi sur le marché européen. La France, dont les coûts de production sont plus élevés, perd des parts de marché et est même devenue un pays de dégagement des invendus à bas coût.

Point d’étape sur le Plan de soutien à l’élevage
Xavier Beulin et Guillaume Chartier ont rappelé la mise en place du Plan de soutien en 2015, obtenu à grands renforts de manifestations. 20 000 agriculteurs en ont bénéficié en France. Que ce soient des allègements de charges, des années bancaires blanches ou des étalements de remboursement, beaucoup a été fait pour soulager les trésoreries. «L’Etat français doit plus d’un milliard d’euros aux agriculteurs français au titre de la Pac 2015. Le ministère avance des problèmes d’informatique, mais je crois surtout qu’à force de tout complexifier, on a fini par tout bloquer. C’est pour cela que nous avons demandé au Premier minis - tre un comité de révision des normes», rappelait le président de la FNSEA.
Rappelons qu’un Etat membre peut édicter des règles plus contraignantes que celle de l’Europe, mais pas moins. «En France, l’administration a toujours demandé de plus en plus aux agriculteurs, et on a créé des distorsions de concurrence avec les autres pays. Ce comité avance bien, et nous espérons des retombées positives pour les agriculteurs, à savoir le retour aux normes européennes», poursuivait le président de la FNSEA.
D’ici là, les travaux de moisson vont s’engager, avec les craintes que l’on connaît, et ce, d’autant plus qu’une très grande partie de la France a été touchée par les fortes pluviométries. Des solutions d’accompagnement devront être trouvées, et la demande est déjà faite d’un élargissement de la cellule d’urgence à toutes les productions.
Déjà, et Guillaume Chartier le confirmait, dès l’année dernière, des exploitations de polyculture auraient pu bénéficier dans le dispositif, car elles rentraient dans les critères.

Dominique Lapeyre-Cavé

Toutes les émissions dans la médiathèque