Opération « police des viandes » des éleveurs de porcs sur l’autoroute A1

Retour Partager sur facebook Partager sur tweeter Imprimer l'article
Envoyer l'article par e-mail

Envoyer cet article par mail

Fermer

250 signes(s) restant(s)

 

* champs obligatoires

Les éleveurs de porcs demandent une revalorisation de 25 centimes par kilo de carcasse.

A l’appel des Fdsea de la Somme, du Nord et du Pas de Calais, une quarantaine d’éleveurs, dont la moitié venait de la Somme, ont manifesté lundi 13 mai dernier au péage de Fresnes-lès-Montauban sur A1, dans le sens Lille-Paris. Ils ont intercepté, dès 5h30 du matin, des camions frigorifiques transportant de la viande afin d’en contrôler l’origine. Toutefois, aucun camion transportant de la viande produite hors de France n’a été trouvé. « L’action s’est déroulée un lundi matin, après un long weekend, ce qui a limité la présence de la viande étrangère » regrette Xavier Théron, président de la section porcine de la Fdsea de la Somme. Cette opération coup-de-poing a également été l’occasion pour les éleveurs de distribuer des tracts aux automobilistes et d’expliquer leur situation et leurs revendications.

Ils réclament une revalorisation de 25 centimes par kilo de carcasse. «  Cela correspond à une hausse de 50 centimes par kilo sur les produits de type côtes de porc et à une hausse de 70 centimes par kilo sur les produits de type jambon cuit » explique Xavier Théron. « Nos revenus sont en chute libre, il est primordial que des hausses soient passées le plus rapidement possible ». Ils souhaitent également que la viande d’origine française soit privilégiée dans les rayons, grâce à l’appellation VPF, ce qui permettrait, selon la Fédération Nationale Porcine (FNP), de faire monter les prix payés aux producteurs (voir AAP du 10 mai 2013).

Cette action, qui entre le cadre d’un mot d’ordre national de la FNP, permet aux éleveurs d’exprimer « leur colère, leur désespoir et la nécessité de revaloriser le prix du porc pour être encore là demain » a lancé Jean-Michel Serres, président de la FNP. Si aucune hausse n’est faite, les éleveurs se sont dits prêts à réitérer leurs actions.

Toutes les émissions dans la médiathèque