Le marché des céréales devrait être bien approvisionné

Retour Partager sur facebook Partager sur tweeter Imprimer l'article
Envoyer l'article par e-mail

Envoyer cet article par mail

Fermer

250 signes(s) restant(s)

 

* champs obligatoires

Le monde ne manquera pas de céréales en 2014 et les prix devraient être plutôt orientés à la baisse.

Après une année 2013 record, 2014 s’annonce dans la continuité de 2013. Selon les estimations du Conseil international des céréales du 26 juin dernier, la production mondiale de céréales a atteint un niveau historique de 1,98 milliard de tonnes en 2013. Comme d’ailleurs les échanges qui ont dépassé le seuil de 300 millions de tonnes (152 Mt pour le blé et 118 Mt pour le maïs). La forte production de 2013 a permis à la fois de satisfaire la croissance des besoins mondiaux et à reconstituer les stocks.
Selon Coop de France métiers du grain, 2014 ne s’annonce pas sur les mêmes niveaux de production, mais les disponibilités devraient être abondantes, en tout cas supérieures à celles de l’an passé.

Les stocks au plus haut depuis quinze ans
Malgré une légère diminution attendue de la production, celle ci devrait rester supérieure à la consommation. Conséquence, les stocks devraient continuer à augmenter atteignant leur plus haut niveau depuis quinze ans.
C’est essentiellement en maïs que la situation devrait s’alourdir. En blé, les stocks à l’issue de la campagne 2014-2015 devraient rester à un niveau comparable à cette campagne. Pour l’orge en revanche, le stock devrait rester très bas.
Alors que la récolte est à peine commencée dans l’hémisphère nord, ces estimations restent conditionnées à l’occurrence d’évènements climatiques exceptionnels, comme El Nino.
Quant à l’Ukraine, en proie avec des difficultés politiques, elle est attendue au rendez-vous sur le marché du maïs. Certes, les difficultés d’accès aux moyens de production pour les agriculteurs (semences notamment) auront probablement des impacts négatifs sur le volume de production. Néanmoins, le pays devrait disposer de suffisamment de marchandises au cours de la campagne prochaine et rester le premier fournisseur européen de l’Union européenne, en maïs, selon Coop de France métiers du grain.
Au final, le marché des céréales devrait être bien approvisionné, en blé comme en maïs, lors de la prochaine campagne et soumis à une forte concurrence entre les exportateurs pour écouler leurs disponibilités. Conséquence : les prix devraient être plutôt orientés à la baisse, à moins d’évènements climatiques exceptionnels.

Toutes les émissions dans la médiathèque