Lait : quels prix pour quelle entreprise ?

Retour Partager sur facebook Partager sur tweeter Imprimer l'article
Envoyer l'article par e-mail

Envoyer cet article par mail

Fermer

250 signes(s) restant(s)

 

* champs obligatoires

Le point sur les prix du lait de janvier à novembre 2013.

Il est désormais difficile de comparer son prix du lait avec celui de ses voisins livrant à une autre laiterie. L’Union des producteurs de lait de Picardie (Uplp) relève donc tous les mois les prix de base payés par chaque laiterie afin d’en faciliter la lecture et la comparaison. La moyenne pondérée de janvier à novembre 2013 montre que le prix du lait moyen sur onze mois est situé entre 335,30 et 346,03 euros/1000 litres.

De bonnes perspectives
Les perspectives sur les marchés internationaux sont favorables, notamment pour les fromages, au moins pour les six mois à venir. La tension sur les marchés européens et mondiaux demeure malgré la forte hausse de la production en Nouvelle-Zélande, aux Etats-Unis et dans l’Europe du Nord. La demande est donc forte. De plus, il n’y a pas de stocks en Europe. Le prix du lait devrait se maintenir pour le début de l’année 2014.

Graph Lait

Pris Lait

POINT DE VUE.
DominiqueDengreville2Dominqieu Dengreville, président de l'Uplp

LE COMPTE N'Y EST PAS !

«La conjoncture sur les marchés laitiers en 2013 a été très bonne pour la majeure partie de l’année notamment en produits industriels. Avec du beurre à 4 000 euros la tonne et de la poudre à 3 000 euros la tonne en octobre, la valorisation beurre-poudre calculée par le Cniel s’établit à 400 euros /1000 litres pour le 4ème trimestre. Nous voyons bien sur le graphique des prix de vente des industriels aux distributeurs (grandes surfaces) que grâce à la mobilisation des producteurs en début d’année, notamment face aux grandes surfaces, les transformateurs ont réussi à passer des hausses substantielles en milieu d’année sur les principaux produits laitiers élaborés dans notre région. Aujourd’hui j’ai le sentiment que le compte n’y est pas. Les producteurs ne récoltent pas les fruits de cette conjoncture favorable. Les entreprises s’étonnent du manque de dynamisme de la production, les volumes espérés ne sont pas là. Le niveau des charges en élevage est resté élevé en 2013. Les producteurs ont besoin d’être encouragés, d’avoir plus de perspectives. Ils sont prêts à produire, mais il faut les payer plus».

 

Toutes les émissions dans la médiathèque