Prix du lait : quel bilan pour 2014 ?

Retour Partager sur facebook Partager sur tweeter Imprimer l'article
Envoyer l'article par e-mail

Envoyer cet article par mail

Fermer

250 signes(s) restant(s)

 

* champs obligatoires

Chaque laiterie fixe son prix du lait au mois le mois. Il est donc difficile pour un producteur de lait de se situer par rapport à ses voisins.

L’année 2014 s’achève, l’heure est au bilan. L’union des producteurs de lait de Picardie (Uplp) relève les prix du lait tous les mois pour chaque laiterie.
Le graphique ci-dessous montre l’évolution du prix du lait moyen pondéré au fil des mois. En janvier, les prix étaient très disparates entre les laiteries : entre 350 et 409 euros les 1000 litres.
Puis, comme on peut le constater sur le graphique, le prix moyen annuel de chaque laiterie a convergé. Il se trouve dans une fourchette beaucoup plus réduite : entre 363 et 375 euros les 1000 litres. Une laiterie décroche cependant à 351 euros les 1000 litres.
A ces prix, il faudra y ajouter les primes, compléments de prix et selon les laiteries y ajouter ou soustraire les primes qualités.

Prix Du Lait

 

REACTION

Joseph Petit, secrétaire général de l’Uplp

«Les coopératives doivent montrer l’exemple»

«En moyenne sur douze mois, le prix du lait français se situe 7,4 euros en-dessous du prix du lait allemand.
Sur 18 mois le manque à gagner moyen par exploitation est de l’ordre de 8 500 euros.
En 2015, nous devons retrouver ces 8 500 euros, les laiteries doivent nous les restituer.
L’année 2014 montre une nouvelle fois que les prix moyens annuels des laiteries convergent tous vers un même point. Elles s’alignent toutes sur leur environnement : entente ou hasard difficile à dire ?
Les coopératives ont un grand rôle à jouer en 2015.
S’il s’avère que les laiteries s’alignent sur un même niveau de prix, comme on a pu le constater ces dernières années, les coopératives doivent montrer l’exemple et pousser les prix vers le haut».

 

Système laitier : amélioration de la marge en 2014

Chaque année, CER France Somme organise des journées économiques pour les différents systèmes d'exploitation. Celle pour le lait s’est déroulée le 11 décembre à Hallencourt. Occasion pour les conseillers du centre de gestion de présenter les prérésultats pour l’année 2014 (tableau ci-dessous).
Les chiffres présentés sont des moyennes qui cachent de fortes disparités. Par exemple, «pour la marge brute, une différence de 51 euros les 1000 litres est observée entre les 25% les plus performants sur la marge et la moyenne. Pour un volume moyen par exploitation de 580 000 litres, cela représente 30 000 euros, soit le prix d’un salarié», souligne l'un des conseillers du CER.
Plus globalement, l’année 2014 est décevante en productions végétales sur le plan économique. Les résultats en productions animales se sont sensiblement améliorés, mais restent très fragiles. Au final, les exploitations ont des difficultés à atteindre l'équilibre financier. Selon l'un des conseillers, «2014 illustre la nécessité de disposer de réserves financières, et de raisonner en logique pluriannuelle. Le pilotage de la trésorerie et de la technique est de plus en plus primordial».

Lait2

Et pour 2015 ?
D’après les prévisions 2015, la marge brute en lait devrait être inférieure à la moyenne des cinq dernières années. «Pour faire face à cette baisse, il est recommandé de piloter sa marge et ses coûts alimentaires au mois le mois afin de détecter les dérives de coût, de surveiller l’efficacité alimentaire et de valider les changements», a expliqué Sébastien Daguenet du CER France Somme. «Si le prix du lait baisse, c’est l’occasion de faire le tri dans le troupeau et d'améliorer le niveau sanitaire du cheptel», a-t-il ajouté.

QUELQUES PERSPECTIVES
A l’occasion de leurs journées économiques, les conseillers CER France Somme ont analysé les perspectives de prix 2014 et 2015 pour différents secteurs. Occasion pour eux de rappeler à nouveau aux producteurs de lait qu'il est nécessaire d’anticiper ses besoins de trésorerie et de réfléchir les achats en fonction de son budget.

Lait
Le prix du lait augmente continuellement depuis ces dix dernières années avec des pics à la hausse ou à la baisse ces dernières années (voir graphique). Un avant-goût de la volatilité des cours après la fin des quotas. En 2014, le prix du lait n’a jamais été aussi haut depuis ces cinq dernières années.

Soja
Le prix du soja est de plus en plus volatil. La production de soja a été abondante en Amérique du Sud cette année, ce qui peut faire espérer une baisse en début d’année.

Engrais
Depuis 2010, le prix des engrais ne cesse d’augmenter avec un prix moyen record en 2013. En 2014, les prix ont baissé en moyenne de 5%.

Phytosanitaires
En 2014, les prix ont explosé. Face à la pression maladie, les agriculteurs ont traité plus souvent. A noter que depuis 2010, les prix des phytosanitaires n’ont cessé d’augmenter.

Lait3

Toutes les émissions dans la médiathèque