Revenu agricole 2013 : retour aux années 2000

Retour Partager sur facebook Partager sur tweeter Imprimer l'article
Envoyer l'article par e-mail

Envoyer cet article par mail

Fermer

250 signes(s) restant(s)

 

* champs obligatoires

La Commission des comptes de l’agriculture a livré ses estimations sur le revenu des exploitations.

Les années passent et parfois s’effacent, en tout cas pour les revenus. C’est ce qui s’est passé pour les exploitants agricoles et singulièrement pour les producteurs de grandes cultures. Les résultats prévisionnels des comptes de l’agriculture, analysés le 12 décembre par la Commission des comptes de l’agriculture, en sont une preuve. En 2013, par rapport à 2012, ce revenu s’affiche en réduction de 18,7 % et atteindrait en moyenne 29 400 euros. Les statisticiens, qui préfèrent comparer des moyennes de trois ans pour lisser les évolutions décrivent une baisse de 15 % entre les trois ans se terminant à 2013 et ceux qui se terminent en 2012.

La flambée des matières premières effacée
Cette diminution du revenu conduit a un phénomène inattendu : globalement, la situation des revenus revient à un niveau proche de la moyenne triennale 2000. Le revenu 2013 serait supérieur à la moyenne triennale 2000 de 1,3 % seulement. La grande «flambée» des cours des matières premières semble effacée. De fait, l’année 2013 a été particulièrement dure pour les producteurs de grandes cultures. Le résultat courant des céréaliers et producteurs d’oléo-protéagineux s’affiche en baisse de 57,3 % entre 2013 et 2012 (- 49,3 % si l’on intègre les autres grandes cultures). Pour les céréales, la récolte se maintient, estiment les statisticiens mais les prix perçus en France se sont réduits de 23 %. Baisse des prix aussi pour les oléagineux à laquelle s’ajoute une diminution des récoltes.
La volatilité frappe donc les grandes cultures autant à la baisse qu’à la hausse. Mais elle amène aussi les statisticiens à revoir régulièrement leurs estimations. Fin 2012, les économistes évaluaient à 72 100 euros le revenu céréalier moyen ; aujourd’hui, après correction, ce même revenu 2012 serait de 56 700 euros. Pour 2013, il est évalué à 24 200 euros. Entretemps, les grands choix de la Pac pour redistribuer vers l’élevage ont été faits, font remarquer les céréaliers...

Les éleveurs à la peine aussi
Pour autant, les éleveurs ne s’en sortent pas tellement mieux. Si les producteurs de lait voient leur recette progresser légèrement par rapport à l’an dernier (3,6 %), c’est la réduction pour les producteurs de bovins à viande (- 8 %), ovins (- 5,9 %), porcins (- 11,2 %), volailles (-36,6 %) et les polyculteurs- éleveurs (- 28 %). Pour tous ceux-là, les charges d’aliments du bétail restent élevées tandis que les prix de vente plafonnent. L’année qui se termine n’aura été franchement favorable qu’aux viticulteurs (+33 %). Mais on sait que les statistiques ont des faiblesses pour les viticulteurs qui vendent souvent (ceux qui vinifient eux-mêmes) autant leurs productions des années antérieures à des prix variables que la production de l’année aux prix de l’année. Les arboriculteurs fruitiers (+7,2 %) ne s’en sortent pas trop mal alors que les maraîchers sont, face à des revenus en nette baisse (-24 %).

Les producteurs de porcs en pointe
Cette évolution, ajoutée à celles des années antérieures, vient changer substantiellement la hiérarchie des revenus agricoles. Si l’on est proche de la physionomie générale des années 2000, c’est moins le cas lorsqu’on regarde les revenus par secteur. Surprise : la production qui s’affiche à plus fort revenu est, après la viticulture, la production… porcine. Soit 40 500 euros (revenu courant avant impôts par actif non salarié), nettement plus que les céréaliers ou producteurs de lait, en baisse toutefois de 11% par rapport à 2012. Mais c’est qu’entre-temps le secteur porcin a connu un incroyable écrémage dans les dix années qui viennent de s’écouler. 63 % des élevages ont disparu entre 2000 et 2010 indique l’Institut du porc (Ifip). Aujourd’hui, 99 % de la production porcine est réalisée par 11 000 éleveurs seulement qui, par la force des choses, dégagent un revenu plus important. Même si la production porcine ellemême a baissé, mais pas dans les mêmes proportions. L’autre production hors sol n’est pas logée à la même enseigne puisque les éleveurs de volailles ne dégageraient que 20 800 euros de résultat.

Les écarts s’accentuent jusqu’en 2012
La surprise vient également de la production laitière qui, avec 25 100 euros de résultat est présentée comme ayant un revenu équivalent à celui des producteurs de grandes cultures tandis que les éleveurs de bovins à viande plafonnent en dessous de 20 000 euros. De fait, une certaine uniformisation semble se produire entre les moyennes de chacun des secteurs. Et pourtant, sur 2012 en tout cas, les statisticiens constatent que, globalement, la dispersion des résultats s’accroît. Autrement dit, toutes productions confondues l’écart entre les meilleurs revenus et les moins bons augmente chaque année. Et c’est sans doute dans une même production que cet écart s’accroît. Tel est le cas des céréales où, selon plusieurs témoignages, dans les zones intermédiaires (à rendement moyen) les revenus seraient proches de zéro. Un avertissement, en somme, pour les éleveurs qui pensent retourner leurs prairies au profit des grandes cultures. La garantie d’une meilleure situation n’est pas du tout certaine.

REACTIONS
Interrogations sur la crédibilité des comptes

Fnsea : ce n’est pas tant la baisse du revenu de 15 % sur la moyenne triennale qui interpelle la Fnsea que les chiffres 2012. En effet, le ministère de l’Agriculture a revu nettement, à la baisse, le revenu de 2012 pour les exploitations céréalières (voir ci-dessus). Xavier Beulin, a demandé le 14 décembre des "explications" au ministre de l'Agriculture, s'inquiétant d'éventuelles "manipulations" en pleines négociations sur la PAC. "Ce n'est pas normal que nous ayons, tout au long de cette négociation sur la PAC, travaillé sur des chiffres qui étaient erronés... Y a-t-il eu manipulation, y a-t-il eu mauvaise intention, y a-t-il eu tout simplement incompétence des services ?»

Orama : «Il est insupportable que pareille rectification n’apparaisse que postérieurement aux principaux arbitrages effectués pour la Pac qui se sont donc appuyés sur des chiffres totalement erronés», s’insurgent les producteurs de grandes cultures. Ceci étant pour Orama, le revenu des céréaliers qui se retrouve en dessous de la moyenne des grandes cultures est « une démonstration anticipée de l’irréalisme des choix français pour la nouvelle Pac». C’est pourquoi, le syndicat demande au ministre de «revenir rapidement à plus de réalisme afin de corriger l’effet, assurément négatif, des choix de la France par des mesures plus équilibrées en faveur des producteurs de grains».

FNB : les producteurs de viande bovine espèrent «une vraie revalorisation de leur situation», et cela, dès la mise en oeuvre de la Pac en 2015 «au travers d’une enveloppe de couplage à la vache allaitante dotée d’au moins 690 millions d’euros ».

FNP : la Fédération nationale porcine attire l’attention, une nouvelle fois, sur la non représentativité de ces chiffres publiés isolément de la situation filière. Avec 40 500 euros de revenu avant impôt et cotisations sociales, un chiffre sans doute surestimé par rapport aux futurs chiffres définitifs, on rémunère à peine le travail et le cumul des difficultés des années précédentes empêche la reconstitution des trésoreries. Au final, la FNP estime que, bien plus que d’accorder de l’importance à des chiffres sujets à polémique et à révisions, le gouvernement ferait mieux de s’emparer des vrais sujets structurels des filières.

Toutes les émissions dans la médiathèque